Aller au contenu

Zoom sur "La Prisonnière du roi " de Gilbert Bordes

La Prisonnière du roi de Gilbert Bordes

L’histoire d’une reine oubliée

Gilbert Bordes est l’auteur d’une cinquantaine de romans du terroir et surtout historiques. C’est le cas de celui-ci qui raconte l’histoire de Philippe Auguste et de sa seconde épouse, fille du roi du Danemark : Ingeburge. L’on peut dire qu’elle est une totale ou presque oubliée de l’Histoire. Gilbert Bordes a beaucoup « fouillé » pour trouver des éléments la concernant.

Philippe Auguste était veuf d’Isabelle de Hainaut et le 15 août 1193, il épouse Ingeburge qui a quitté son pays, sa famille, son amour et sa langue pour se retrouver en terre inconnue face à un homme que l’auteur ne nous présente pas à son avantage, loin de là. Le mariage a lieu dans la cathédrale d’Amiens et ensuite c’est le jour du sacre. Ingeburge devient reine du plus puissant royaume d’Europe. Dès le lendemain, elle est répudiée. Plus tard, Philippe Auguste se remariera, sera considéré comme bigame par le pape, et excommunié ainsi que tout le royaume. C’est L’Interdit.

Ingeburge ne veut ou ne peut retourner dans son pays et pendant 20 ans ira de couvent en couvent, en captive, dont 13 ans dans la forteresse d’Etampes. Que s’est-il donc passé ?
Gilbert Bordes nous soumet une hypothèse que vous découvrirez en lisant ce récit passionnant !
Bien sûr il s’appuie sur des faits et des êtres réels mais en crée d’autres également. Un personnage romanesque et attachant est justement désigné pour surveiller la pauvre répudiée. Il se nomme Guilhem de Ventadour. Il est proche du roi mais aussi amoureux d’Ingeburge. Autre question : que peut-il se passer ?

Gilbert Bordes sait envoûter ses lecteurs d’autant plus que selon son habitude, il sait situer les faits dans leur époque, ici au Moyen Age, en décrivant la vie rurale, celle des seigneurs, les lieux, tels qu’ils étaient, mais aussi les « horreurs » du temps, les bûchers, les décapitations,… que l’auteur nous décrit en détail. Ingeburge est sortie du néant grâce à lui et n’hésitez pas à la suivre.