Aller au contenu

Zoom sur "Rêve d’indiennes" de Colette Vlérick

Rêve d’indiennes de Colette Vlérick

La passion des belles étoffes

Colette Vlérick a beaucoup voyagé en France et ailleurs avant de s’attacher, jeune, à la Bretagne et de s’y fixer. Elle est traductrice de profession et depuis 1998 elle écrit des romans construits sur une base historique. Le premier fut salué par le prix Bretagne, il s’agit de La Fille du goémonier. En lisant son dernier ouvrage, Rêve d’indiennes, le lecteur se rend tout de suite compte qu’elle est parfaitement documentée et que la Bretagne n’a pas de secret pour elle.

Nous sommes au XVIIIe siècle, sous le règne de Louis XV.

Louise vit à Brest, sous la protection du chevalier Philippe de La Gambais et de son épouse. Il est riche et puissant, ayant servi le Roi maintes fois. Malheureusement, Madame de La Gambais déteste Louise qui, à 13 ans, ignore que certains tissus sont prohibés. Elle lui donne donc un manteau fait d’indienne et la pauvre petite a été déshabillée en pleine rue et terriblement humiliée. Elle ne veut pas rentrer.

Qu’est-ce qu’une indienne ? C’est un tissu de toile ou de coton qui est peint ou imprimé de belles couleurs  avec des motifs de fleurs ou d’oiseaux par exemple et à l’origine ces tissus arrivaient d’Inde, ici dans les ports bretons.

Nicolas, autre protégé de M de La Gambais, est envoyé à sa recherche, mais Louise ne veut pas revenir et suit ce jeune garçon jusqu’à Lorient. Les difficultés et aventures ne manqueront pas. A Lorient, Nicolas va parvenir à travailler à la célèbre Compagnie des Indes et avec lui nous apprenons les nombreux corps de métier. Nous ne connaissons pas tous les noms, mais cela n’a pas d’importance, c’est le rêve qui compte.

Nicolas, pour tout connaître, ira ensuite à Nantes et se liera d’amitié avec Antoine, le fils de l’armateur Dugué auprès duquel il est introduit. Les deux jeunes gens partent en Suisse pour s’instruire encore et découvrir les tissus, les couleurs et les « poudres » qui permettent d’en créer.

Il est inutile d’en dire plus. Il faut découvrir ce roman qui contient aussi l’amour, les trahisons, la contrebande et encore les voyages par mer et sur terre. C’est aussi une découverte de la Bretagne, presque pas à pas. On parle également d’esclavage, de révolution et l’on voit que les espérances peuvent devenir réalités. Louise, comme Nicolas, par leur volonté et un peu de chance peuvent réussir leur vie.

Nous avons les odeurs, les saveurs, tous les sens sont en action en fait et nous rêvons nous aussi de ces indiennes chatoyantes que nous retrouvons dans les tissus provençaux. Un joli livre, à l’écriture fluide !