Aller au contenu

Dans la lumière de Pont-Aven

Vlérick Colette

Dès 1866, une petite colonie de peintres américains s’établit à Pont-Aven. Parmi eux, Mary Ann Flynn, une jeune Américaine et sa cousine anglaise, Victoria Greylord. Ensemble, elles se font construire une maison qui accueillera leurs amis peintres. Ravissantes et libres, les deux jeunes femmes mettent en émoi plus d’un homme. Mais l’une et l’autre cachent une blessure. Auraient-elles choisi l’art contre l’amour ?

 

Points forts :

La peinture d’une amitié sans faille entre deux femmes à l’esprit libre. 

Une page colorée mais souvent oubliée de la longue histoire entre Pont-Aven et les artistes.

23,41 €
  • 424 pages pages
  • ISBN : 978-2-37932-029-3
  • Date de parution : 01/01/2020

À propos de l'auteur

Vlérick Colette

Colette Vlérick est née dans une famille où se mélangent les langues et les peuples : de la Charente-Maritime au Nord en passant par l'Espagne, la Belgique et le Schleswig-Holstein.

Elle découvre le Finistère à 23 ans. Coup de foudre pour la beauté du pays et l'hospitalité de ses habitants, qu'elle n'oubliera jamais. Après un détour par Paris et la Suisse, elle trouve son port d'attache à Plouguerneau, où elle vit actuellement.

Traductrice de profession, elle publie, en 1998, La Fille du goémonier, son premier roman, qui sera récompensé par un grand succès en librairie et par le Prix Bretagne et qui paraîtra en janvier 2021 en gros caractères. Puis, au fil des années, paraissent de nombreux romans parmi lesquels Les Terres chaudes, Rue Frézier et L’Herbe à la reine, Trois ronds de fumée, Les Mains de Gabrielle, L'Enfant sur le pont, Un air de liberté, La Nacre des abers et Dans la lumière de Pont-Aven.


Les romans de Colette Vlérick témoignent tous de son attachement profond à la Bretagne, son pays d’adoption, et s’appuient sur des recherches historiques très pointues. Elle s’attache à faire revivre des métiers sinon disparus, du moins oubliés, à décrire des coutumes et une époque aujourd’hui révolues.
Photo de l'auteure : © Michèle Le Braz